Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Vatican veut excommunier les mafieux

Publié le par Galates

Le Saint-Siège a annoncé la création d’un groupe de travail sur l’excommunication des mafieux.

Cette annonce a été faite en une dimanche 9 mai. Alors qu’était célébrée ce jour-là la béatification de Rosario LIVATINO, magistrat assassiné en 1990 par la mafia sicilienne,

Créé sous l’égide du dicastère pour le développement intégral, ce groupe présidé par l’écrivain Vittorio Alberti réunit des personnalités de haut niveau, toutes connues pour leur combat contre la mafia. C’est notamment le cas de Rosy BINDI, l’ancienne présidente du parti démocrate italien, des pères Luigi CIOTTI et Marcello COZZI, mais aussi de l’archevêque sicilien Michele PENNISI, et de Giuseppe PIGNATONE juge anti-mafia devenu en octobre 2019 président du tribunal du Vatican. En font également partie l’aumônier général des prisons italiennes, le père Raffaele GRIMALDI, et Mgr Ioan Alexandru POP, membre du Conseil pontifical pour les textes législatifs.

Les « structures de péché, des structures mafieuses, contraires à l’Évangile du Christ, confondent la foi avec l’idolâtrie », avait affirmé le Pape Françoise  à l’occasion de la journée de la mémoire et de l’engagement en souvenir des victimes innocentes des mafias.

Le président du nouveau groupe de travail dit vouloir mettre sur pied une « doctrine spécifique » de l’Église sur cette question. Il s’agit, poursuit-il, « d’éliminer définitivement tout compromis possible d’un certain catholicisme avec les mafias. La mafia n’a rien à voir avec l’Évangile et donc avec l’Église ». Surtout, il souligne l’incompatibilité pour un catholique d’appartenir à une quelconque organisation mafieuse : « Ce qui nous importe, c’est avant tout d’affirmer une fois pour toutes qu’il n’est pas possible d’appartenir à la mafia et de faire partie de l’Église. »

L’annonce de ce groupe de travail par le Vatican constitue en fait l’un des aspects du travail engagé par le pape François contre la corruption dans l’Église. Y compris au Vatican. Il a ainsi multiplié les décrets, ces derniers mois, pour renforcer la lutte anti-mafia au sein même de la Curie. En octobre 2020, il a ainsi élargi les pouvoirs de l’Autorité d’information financière (AIF) du Saint-Siège, et des compétences du Tribunal du Vatican pour lutter contre le blanchiment.

En avril, il a rendu obligatoire, pour tous les responsables du Saint-Siège, de remplir une déclaration d’intérêts où ils doivent promettre de ne pas détenir « directement ou indirectement », la moindre participation « dans une entreprise ayant son siège dans un paradis fiscal ».

Sources : Vatican News ; journal La Croix, 10 mai 2021 ;

https://www.lepoint.fr/monde/le-pape-veut-excommunier-les-mafieux-et-les-corrompus-18-06-2017-2136199_24.php ;

https://www.lemonde.fr/europe/article/2018/09/15/qui-est-mafieux-ne-vit-pas-en-chretien-proclame-le-pape-a-palerme_5355628_3214.html :

https://www.arte.tv/fr/videos/057254-000-A/le-pape-et-la-mafia/

Voir les commentaires

Faire la théologie de demain (Christoph THEOBALD)

Publié le par Galates

« Nous devons travailler une théologie de la vie quotidienne et trouver une manière de parler à nos contemporains ».

Galates-Essonne a signalé dans sa rubrique Coups de coeur le dernier livre du théologien Christoph THEOBALD : Le Courage de penser l’avenir, Cerf, 627 p., 29 €

Le journal La Croix interviewe (édition du 11 mai) ce théologien qui vient de participer à un colloque organisé à l’institut Jean-Paul II sur l’avenir de la théologie .

« C’est le pape François lui-même qui pousse à un travail théologique approfondi, qu’il appelle de ses vœux dès le premier chapitre de sa première exhortation Evangelii gaudium en 2013, et encore dans la constitution apostolique Veritatis gaudium. Ce qu’on dénommait les sciences ecclésiastiques – théologie mais aussi philosophie, sciences humaines, etc. –, constitue un laboratoire pour dépasser la crise que nous traversons. Le pape souligne que nous ne vivons pas un changement d’époque mais une époque de changements, une crise anthropologique qui touche l’être humain, mais qui est aussi planétaire et environnementale. Fratelli Tutti et Laudato Si’dressent un diagnostic assez précis de cette crise, pour laquelle il n’y a pas de réponse toute faite », souligne Christoph THEOBALD.

Une doctrine monolithique ne peut pas nous conduire très loin : nous devons avoir une approche théologique plurielle. Nous sortons d’une période durant laquelle nous avions peur de tout ce qui était différent. Le pape insiste sur la pluralité, quand il évoque notamment la figure géométrique du polyèdre, poursuit le théologien.

Pour le théologien jésuite, trois défis se pose à la théologie de demain. « Tout d’abord, l’Église ne rejoint plus les gens dans leur vie quotidienne. C’est la question de la recevabilité : face à la déchristianisation, nous devons travailler une théologie de la vie quotidienne et trouver une manière de parler à nos contemporains ». Deuxième défi avec la nécessité d’entrer en dialogue avec les différentes traditions de sens : il ne s’agit pas seulement du dialogue avec le judaïsme ou l’islam mais avec toutes les spiritualités, fussent-elles agnostiques… Nous devons travailler une théologie du politique qui tient compte de ces différentes traditions et s’attache à ce qu’elles peuvent apporter pour le « vivre ensemble ». Enfin, il est urgent de réfléchir au développement faramineux du numérique qui envahit nos existences. Que reste-t-il d’une théologie de la conscience quand tout est géré par des algorithmes et des calculateurs ? »

« Nous sommes à un moment charnière, tout particulièrement en Europe. Développer une prospective est essentiel alors que l’Église est anesthésiée par le nombre moindre de vocations, par les questions éthiques de la société, par la pandémie… Il n’y a pas de vision face à l’incertitude, alors même que nous devrions vivre de cette vertu centrale qu’est l’espérance et oser développer, comme dans la Bible, des « rêves » d’avenir. C’est le rôle de la théologie. » conclut le théologien

Aujourd’hui et demain, imaginer la théologie, colloque du 5 mai 2021, organisé par l’Institut pontifical de théologie Jean-Paul II, avec Christoph THEOBALD, Elmar SALMANN et Pierangelo SEQUERI.

Source : journal La Croix , 11 mai 2021

Voir les commentaires

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 > >>