Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une brève réflexion au moment où s’ouvre le synode du diocèse

Publié le par Jean-Paul LECLERC

1- Une « Tente de la Rencontre » est-elle légitime aujourd’hui ?

En lançant, à l’occasion de l’ouverture du synode un projet, né il y a quelques années autour d’amis qui se posaient la question dans les mêmes termes que les premiers chrétiens, « que devons-nous faire ? » (Actes 2,37), à laquelle j’ai répondu par : « installer une ‘ Tente de la rencontre’ », dont on sait que l’expression est tirée du livre de l’Exode (33,7-10), rencontre entre Dieu et Moïse et reprise dans le chant composé à l’occasion de l’inauguration de notre cathédrale d’Evry, « Maison de Dieu, maison des hommes, tente de la Rencontre… », me revient à l’esprit la réponse qui me fut donnée lors de la première réunion de ce qui est devenu le COPIL (comité de pilotage du groupe des Galates) : « En quoi suis-je autorisé à aller sur la place publique interviewer les passants qui passent, comme si j’étais un homme politique qui fait du porte à porte ou un institut de sondage qui interviewe une échelon représentatif de la population, ou encore l’agent d’une opération de marketing… La même réponse me serait surement faite que celle qui fusât alors dans la bouche de son auteur et me cingla alors : « Tu es baptisé et cela suffit ! ». C’est bien cela et cela seul qui me donne autorité, au sens étymologique, c’est-à-dire qui fait ou veut faire grandir.

2- Dans quel contexte cela se déroule t-il aujourd’hui?

Apres un état de chrétienté défini comme un état où vie sociale et vie religieuse vont jusqu’à se confondre, la période de l’action catholique née de réflexions comme celle du livre « France, terre de mission » après-guerre, la tentation de l’enfouissement dans le contexte de 68, on parle aujourd’hui d’une religion de la diaspora qui renaitrait à partir de petites communautés de base, intuition depuis très longtemps venue à l’esprit de mon ami Jean-Pierre NAVE, laic engage aujourd’hui disparu et dont Galates pourrait être une réalité à caractère de précurseur.

3- Ce qui est en question aujourd’hui

Cela parait être, comme toujours en temps de crise et plus encore de bouleversement, de changement de paradigme, la question de l’unité. Depuis le début des Galates , j’entends en effet certains d’entre nous évoquer à bon escient ou à contre temps , ce risque de la division, qui serait en gestation dans le courant le plus conservateur de l’Eglise, sous ses différentes formes, et qui s’est encore manifeste tout récemment comme risque fort heureusement non avéré a l’occasion de la préparation de notre prise de position sur le synode.

Je partage entièrement cette peur face a ce risque et m’en tiens depuis longtemps, pour y faire barrage à l’injonction de Christ, réaffirmée par Paul : « afin qu’ils soient uns » (Jean17, 21) et, chez le second, le « Recherchez l’amour, c’est lui qui fait l’unité dans la perfection ». (Colossiens 3,12).

Il y a bien là un des fils rouges de notre action, y compris à l’intérieur de nous-mêmes et de moi-même en tous cas, en proie avec ces tendances centripètes d’aimer l’Eglise et en même temps à vouloir « faire toutes choses nouvelles » (Apocalypse 21,5).

4- Rechercher l’unité

Sur quoi pouvons-nous appuyer aujourd’hui pour y parvenir ?

a-Certainement sur l’expérience du dernier synode local (bien qu’il se soit déroulé à Rome et bien qu’il concernât pas moins de neuf pays), celui de l’Amazonie. Les participants dont les évêques, plus nombreux que neuf, ont pris des positions qu’on peut qualifier d’avancées allant en particulier jusqu’à demander l’ordination d’hommes mariés et aussi de femmes, je crois.

Le pape n’a pas repris ces propositions pour la raison certainement et précisément parce qu’elles étaient de de nature à porter atteinte à l’unité mais il a invité, en substance, à « faire toutes choses nouvelles » plutôt qu’a rechercher des solutions qu’il a qualifié lui-même dans l’exhortation qui a suivi sur « Querida Amazonia » d’institutionnelles ou sacramentelles.

b- -Nous appuyer aussi sur notre propre expérience bien que récente et qui était soulignée dans un mail tout récent à l’occasion de la préparation de notre position publique après l’ouverture du synode, pour la préparation de laquelle nous avons su garder l’unité alors qu’il s’agissait d’une certaine manière de dire non à ce qui est proposé et ce, qui plus est, malgré des divergences de vue qui n’étaient pas, on l’a vu, que vénielles.

Voir les commentaires

Prenons la parole

Publié le par Gilles DELOUIS

        Chers Frères et Soeurs, bien aimés de Dieu, pratiquants ou non, engagés en équipes ou au sein de mouvements divers et variés,....

Nous sommes tous et toutes invités au "DIALOGUE" !

 

Nous le sommes par le pape François, lequel par sa nouvelle encyclique "Fratelli Tutti" (Tous Frères), nous appelle à nous rapprocher les uns des autres, à nous exprimer, 

 

Nous le sommes par notre évêque, Michel PANSARD, lequel, par son envoi du 4 octobre dernier, nous invite à "faire route ensemble".  Nous mettre en route pour "DIALOGUER",

 

PRENDRE LA PAROLE, et, ensemble prendre des décisions !..... (Synode)

 

Cet appel, très fort de notre évêque, est relayé jusqu'à chacun d'entre nous par : nos prêtres, diacres et membres des Equipes Animatrices. Cet appel est très clair : le fruit de votre prière, de votre discernement et de vos suggestions".....         

 

         "Mesurant le chemin parcouru mais aussi les défis nouveaux qui se dressent sur cette terre de l'Essonne, je vous invite à vous mettre à l'écoute de ce que l'Esprit du Seigneur dit à notre Eglise, à discerner ce qu'il faut poursuivre et consolider, ce qu'il faut améliorer ou transformer, ce qu'il faut impulser de neuf afin, en un mot d' EVANGELISER !

"Eglise de Dieu qui est en Essonne, Evangélise en prenant soin !"

 

De nombreuses associations de notre secteur de Massy-Verrières prennent soin des uns et des autres.  Certains (nes) membres de nos communautés oeuvrent au sein des associations et y font retentir l' Evangile. MAIS,  nous n'avons pas le monopole du "prendre soin" - De très nombreux non-croyants font partie de ces mêmes associations, les aisent à vivre, et sont parfois moins frileux que nous pour s'occuper des plus faibles....

 

Le pape François n'y va pas par quatre chemins :

            "A qui t'identifies-tu ?...Cette question est crue, directe et capitale. Parmi ces personnes, à qui ressembles-tu ? (Il fait là référence à la parabole du Bon Samaritain)

            "Nous devons reconnaître la tentation qui nous guette, de nous désintéresser des autres, surtout des plus faibles.  Disons-le, nous avons progressé sur plusieurs plans, 

   "mais nous sommes analphabètes en ce qui concerne l'accompagnement, l'assistance et le soutien aux plus fragiles et aux plus faibles de nos sociétés développées. 

    "Nous sommes habitués à regarder ailleurs, à passer outre, à ignorer les situations jusqu'à ce qu'elles nous touchent directement."

 

FORMER UNE ÉQUIPE SYNODALE : (4,6 ou 8 personnes)

très librement, à partir d'un groupe d'amis (ies), d'une équipe de prière, d'une Equipe Animatrice, d'une aumônerie, d'un mouvement, d'une communauté religieuse, de voisins, de collègues de travail, pratiquants ou non : une équipe constituée de personnes de bonne volonté.

Entre octobre 2020 et février 2021, il est demandé à chacune de ces équipes de se réunir (une, deux ou trois fois ?...) et d'échanger, de dialoguer, de débattre, autour de 4  pistes de discernement :

  - Nous chercherons à redécouvrir l'engagement toujours actuel de Dieu qui en Jésus Christ, tel le bon Samaritain prend soin de nous. Nous ferons mémoire de la manière dont nous avons goûté que Dieu prend soin de nous et dont nous avons été évangélisés.

  - Nous développerons le "prendre soin", aussi bien des besoins les plus élémentaires de nos frères et sœurs, comme la nourriture et le logement; mais nous serons aussi attentifs au "prendre soin" des relations humaines qui tissent, au jour le jour, par les liens de la solidarité, notre fraternité.

   - Nous prendrons davantage en compte le "prendre soin" de notre vie sociale et du bien commun et donc, aussi, le "prendre soins'=" de notre maison commune, notre planète.

    - Nous nous soutiendrons pour "prendre soin" de notre relation personnelle au Christ, le Seigneur de nos vies. Nous trouverons des propositions pour "prendre soin" de la vérité et de la qualité de vie évangélique de nos communautés chrétiennes.

 

Rien n'est obligatoire. Nous pouvons engager nos débats, échanges, réflexions et suggestions/propositions sur 1, 2, 3 ou 4 des pistes proposées, comme nous pouvons le faire sur la totalité.

C'est là, la première étape du Synode diocésain proposé et appelé de ses vœux par notre Evêque, Michel PANSARD. Cette étape, vous l'aurez compris est ESSENTIELLE !

En effet, c'est l'ensemble des suggestions, propositions, remarques,....faites par ces équipes et remontées au diocèse, qui seront la base de travail des Assemblées Synodales qui auront lieu en octobre 2021 et février 2022. 

 Alors OUI, c'est le moment ou jamais :  

PRENONS LA PAROLE !

Voir les commentaires

<< < 10 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 > >>