Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Articles avec #actualites tag

Le cardinal MARX accepte finalement de rester à la tête du diocèse de Munich-Freising

Publié le par Patrice DUNOIS-CANETTE

La récente démission du cardinal MARX, archevêque du diocèse de Munich-Freising et bien connu des Essonniens pour les liens qui nous unissent nos deux diocèses par l'intermédiaire de saint Corbinien, avait surpris. Le pape vient de la refuser, nous permettant d'en comprendre davantage les motivations.

« Continue comme tu le proposes, mais en tant qu'archevêque de Munich et Freising » écrit le pape François au cardinal MARX

Le pape refuse la démission du cardinal MARX qui affirmait agir pour « assumer la coresponsabilité de la catastrophe des abus sexuels ». Le cardinal MARX accepte le « grand défi » de rester à la tête du diocèse de Munich. « Je suis d'accord avec toi concernant la description de la triste histoire des abus sexuels et de la façon dont l'Église y a fait face jusqu'à récemment, confie le pape au cardinal Marx. Se rendre compte de cette hypocrisie dans notre façon de vivre notre foi est une grâce, c'est un premier pas que nous devons faire. Nous devons nous approprier l'histoire, à la fois personnellement et en tant que communauté. Nous ne pouvons pas rester indifférents face à ce crime. Accepter, signifie se mettre en crise. », écrit le pape au cardinal MARX dans une lettre publiée le 10 juin par le Bureau de Presse du Saint-Siège. Il remercie le cardinal MARX pour son « courage chrétien qui ne craint pas la croix, qui ne craint pas d'être humilié devant la terrible réalité du péché ». Il rappelle que « toute l'Église est en crise à cause de l'affaire des abus », et que « l'Église d'aujourd'hui ne peut pas faire un pas en avant sans assumer cette crise » car « la politique de l'autruche ne mène nulle part, et la crise doit être assumée par notre foi pascale. Les sociologismes et les psychologismes sont inutiles », affirme François. Par conséquent, « assumer la crise, personnellement et communautairement, est la seule voie fructueuse, car on ne sort pas d'une crise tout seul, mais en communauté (…) ».« Et voici ma réponse, cher frère », conclut le pape. « Continue comme tu le proposes, mais en tant qu'archevêque de Munich et Freising ». « Si tu es tenté de penser qu'en te confirmant dans ta mission et en n'acceptant pas ta démission, cet évêque de Rome (ton frère qui t'aime) ne te comprend pas, pense à ce que Pierre a ressenti devant le Seigneur quand, à sa manière, il présenta sa démission: "Éloigne-toi de moi, Seigneur, car je suis un homme pécheur" et qu'il écouta la réponse: "Pais mes brebis"».

 

Retour sur une démission

Le cardinal MARX archevêque de Munich , avait rendu public fin avril, la lettre qu’il adressait au président allemand, Frank-Walter STEINMEIER, dans laquelle il renonçait à la Croix fédérale du mérite, l’équivalent de notre Légion d’honneur. L’annonce de cette décoration avait provoqué l’indignation des victimes d’abus sexuels, le prélat étant accusé d’avoir méconnu les abus commis par un prêtre du diocèse de Trèves à l’époque où il en était son évêque. Dans cette lettre, le cardinal expliquait prendre « très au sérieux » les critiques et souhaitait que cet événement soit une occasion de réflexion et d’autocritique de la part de l’Eglise allemande, engagée depuis début 2020 dans une « voie synodale ».

Le 4 juin, affirmant agir pour « assumer la coresponsabilité de la catastrophe des abus sexuels », le même cardinal annonçait, avoir remis sa démission au pape François.

« Il est important pour moi de partager la responsabilité de la catastrophe des abus sexuels commis par des responsables de l’Église au cours des dernières décennies », écrivait le cardinal MARX au pape François dans sa lettre datée du 21 mai communiquée aux médias après que le souverain pontife ait dit à l’archevêque que sa lettre serait rendue publique.

« Les enquêtes et les rapports des dix dernières années ont montré constamment qu’il y a eu de nombreuses défaillances personnelles et des erreurs administratives, mais aussi des défaillances institutionnelles ou “systémiques” », poursuivait le cardinal.

Le cardinal MARX, membre du conseil des cardinaux qui conseillent le pape sur la réforme de la curie romaine, écrivait « en tant qu’évêque, j’ai une “responsabilité institutionnelle” pour les actes de l’Église dans son ensemble, ainsi que pour ses problèmes institutionnels et ses échecs dans le passé ». « Et n’ai-je pas contribué à favoriser des formes négatives de cléricalisme par mon propre comportement et les fausses préoccupations concernant la réputation de l’Église ? ».

En démissionnant de la tête de l’évêché de Munich, poursuivait le cardinal MARX, « je pourrai peut-être envoyer un signal personnel pour un nouveau départ, pour un nouveau réveil de l’Église, non seulement en Allemagne ».

Interrogé sur le tremblement de terre qu’a suscité l’annonce de la démission de Mgr Reinhard MARX, Mgr Georg BÄTZING, son successeur à la tête de l’épiscopat d’outre-Rhin, par ailleurs évêque de Limbourg, insistait sur le message que porte cette démission : « Une chose est claire , dit-il , tous ceux qui pensent que l’Église sortira de cette crise intense avec quelques mesures esthétiques, juridiques ou administratives, se trompent. Les échecs systémiques mis en avant sont tels qu’ils demandent des réponses systémiques. C’est le message du cardinal MARX et il nous renforce dans notre chemin synodal. Ce travail se poursuit », confirme le président de la conférence épiscopale.« La liste de ce que nous pouvons faire est longue, beaucoup de choses sont possibles », ajoutait-il, en évoquant des réformes sur la place des femmes et le partage du pouvoir « à tous les niveaux ».

Très active dans le chemin synodal, Claudia LÜCKING MICHEL, vice-présidente du comité central des catholiques allemands (ZdK), disait espèrer elle aussi une « nouvelle impulsion ». « Nous sommes à un vrai tournant. Quand l’un de nos leaders dit que l’Église se trouve à un “point mort”, cela nous secoue. J’espère que cela va entraîner une réaction, accroître la pression sur les évêques récalcitrants. Le chemin synodal est la dernière chance pour beaucoup de catholiques de sauver l’institution, pointe-t-elle. Il faut nous y investir. Je perçois beaucoup de volonté et de compétences en la matière. »

 

En France, dans une interview à La Croix, Mgr Eric de MOULINS-BEAUFORT vantait le travail collégial des évêques , « pour comprendre ce qui s’est passé et engager notre responsabilité sur le présent et l’avenir » et parlait étrangement de « la solitude du cardinal MARX » , puis enfin évoquait de manière traditionnelle et peu mobilisatrice la synodalité comme d’abord « un changement d’esprit pour une Église plus à l’écoute, en dialogue »

Dans ce même quotidien catholique la théologienne Marie-Jo THIEL confiait : « Je regrette cette démission du cardinal MARX, mais je trouve courageux de vouloir provoquer un électrochoc pour essayer de responsabiliser ceux qui pensent que les abus sexuels sont juste trois moutons noirs à l’intérieur de l’Église ». « Par peur de fragiliser l’Église, reconnaître le caractère systémique des abus est pour certains impensable, insistait par ailleurs sœur Véronique MARGRON, présidente de la Conférence des religieuses et religieux de France (CORREF). Or, on sent bien que tout est à interroger, y compris une certaine théologie des sacrements. »

 

Sources :

https://www.la-croix.com/Religion/Allemagne-Reinhard-Marx-demission-dun-cardinal-reformateur-2021-06-04-1201159395

https://www.vaticannews.va/fr/eglise/news/2021-06/lettre-demission-cardinal-marx.html

https://www.lemonde.fr/international/article/2021/06/04/allemagne-le-cardinal-de-munich-demissionne-reconnaissant-l-echec-de-l-eglise-catholique-dans-la-catastrophe-des-abus-sexuels_6082830_3210.html

https://www.cath.ch/newsf/le-cardinal-reinhard-marx-donne-sa-demission-au-pape/

http://presence-info.ca/article/eglises/devant-les-failles-de-la-gestion-des-abus-le-cardinal-marx-demissionne

https://www.la-croix.com/Religion/Abus-sexuels-responsabilite-lEglise-revele-demission-cardinal-Marx-2021-06-06-1201159634

https://www.la-croix.com/Religion/demission-cardinal-Reinhard-Marx-catholiques-allemands-veulent-aller-lavant-2021-06-07-1201159737

https://cruxnow.com/church-in-europe/2021/06/citing-institutional-failures-on-sex-abuse-munich-archbishop-submits-resignation/abus sexuels du clergé, église allemande

https://www.vaticannews.va/fr/pape/news/2021-06/pape-francois-lettre-cardinal-marx-allemagne-abus-rejet.html

Voir les commentaires

Le Vatican veut excommunier les mafieux

Publié le par Galates

Le Saint-Siège a annoncé la création d’un groupe de travail sur l’excommunication des mafieux.

Cette annonce a été faite en une dimanche 9 mai. Alors qu’était célébrée ce jour-là la béatification de Rosario LIVATINO, magistrat assassiné en 1990 par la mafia sicilienne,

Créé sous l’égide du dicastère pour le développement intégral, ce groupe présidé par l’écrivain Vittorio Alberti réunit des personnalités de haut niveau, toutes connues pour leur combat contre la mafia. C’est notamment le cas de Rosy BINDI, l’ancienne présidente du parti démocrate italien, des pères Luigi CIOTTI et Marcello COZZI, mais aussi de l’archevêque sicilien Michele PENNISI, et de Giuseppe PIGNATONE juge anti-mafia devenu en octobre 2019 président du tribunal du Vatican. En font également partie l’aumônier général des prisons italiennes, le père Raffaele GRIMALDI, et Mgr Ioan Alexandru POP, membre du Conseil pontifical pour les textes législatifs.

Les « structures de péché, des structures mafieuses, contraires à l’Évangile du Christ, confondent la foi avec l’idolâtrie », avait affirmé le Pape Françoise  à l’occasion de la journée de la mémoire et de l’engagement en souvenir des victimes innocentes des mafias.

Le président du nouveau groupe de travail dit vouloir mettre sur pied une « doctrine spécifique » de l’Église sur cette question. Il s’agit, poursuit-il, « d’éliminer définitivement tout compromis possible d’un certain catholicisme avec les mafias. La mafia n’a rien à voir avec l’Évangile et donc avec l’Église ». Surtout, il souligne l’incompatibilité pour un catholique d’appartenir à une quelconque organisation mafieuse : « Ce qui nous importe, c’est avant tout d’affirmer une fois pour toutes qu’il n’est pas possible d’appartenir à la mafia et de faire partie de l’Église. »

L’annonce de ce groupe de travail par le Vatican constitue en fait l’un des aspects du travail engagé par le pape François contre la corruption dans l’Église. Y compris au Vatican. Il a ainsi multiplié les décrets, ces derniers mois, pour renforcer la lutte anti-mafia au sein même de la Curie. En octobre 2020, il a ainsi élargi les pouvoirs de l’Autorité d’information financière (AIF) du Saint-Siège, et des compétences du Tribunal du Vatican pour lutter contre le blanchiment.

En avril, il a rendu obligatoire, pour tous les responsables du Saint-Siège, de remplir une déclaration d’intérêts où ils doivent promettre de ne pas détenir « directement ou indirectement », la moindre participation « dans une entreprise ayant son siège dans un paradis fiscal ».

Sources : Vatican News ; journal La Croix, 10 mai 2021 ;

https://www.lepoint.fr/monde/le-pape-veut-excommunier-les-mafieux-et-les-corrompus-18-06-2017-2136199_24.php ;

https://www.lemonde.fr/europe/article/2018/09/15/qui-est-mafieux-ne-vit-pas-en-chretien-proclame-le-pape-a-palerme_5355628_3214.html :

https://www.arte.tv/fr/videos/057254-000-A/le-pape-et-la-mafia/

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 > >>